Le monde d'à côté


Tendres sourires

La Forêt

Elle grouille de ses secrets, de hurlements, de silences.



. . .  Elle règne, impériale et sauvage



. . .  sur une immense salle de spectacle

dont les rideaux s’ouvriraient majestueusement.



Quand l’autre oiseau nous a rejoints,

j’ai su que je rêvais juste !



. . .  On y perçoit des vierges folles et des sorciers,



 



. . .  des nus qui se lovent,



. . .  des visages qui aboient.



. . . l’arbre nomade, en marche



. . .  le sorcier rouge,



 



 



. . .  La musique est si intense dans cet océan,

comme un requiem dans une cathédrale.



. . .  Elle nous prend, nous hypnotise et

nous fait descendre dans nos tréfonds.



 



 



 



Sorcière araignée



Arbre grimpeur, en partance



La « Carte du tendre »



 



 



 



 



Le cri de l’amputé



 



Vieux résistant malicieux

. . . quand la forêt recule



( L’appel de l’aigle )  Loin de la forêt, le rêve insiste



Quand l’autre oiseau nous a rejoints,

j’ai su que je rêvais juste !



 

" Hé, à quand ton tour" !

Cercueils en attente avec trois filles souriantes

en bleu, rouge et jaune, sur une route de Papouasie ...

... Sur un autre continent, comme un rappel, trois ans plus tard, sur une route du Guatemala.

Cercueils en attente avec trois filles souriantes, en bleu, rouge et jaune ...

 
La roue tourne, ... pour un nouveau cycle
 
 
 
 
La roue tourne ...
 
 
 
 
"Dis-le moi encore " !  (Paris)
"Je te le dis, elle aimait la fête et l'humour"  (Australie)
 
"Trinquons encore !  A ce que tu veux"  !
 "Je vous le dis, il aimait le vélo et la bière"  (Australie)
Cette corde pour garder le lien ...
"... Enfin, seul ..." !
 
 
 
Avec une tôle comme parasol pour que nos défunts n'aient pas trop chaud ...
... avant la renaissance
 
... avant la renaissance
Échappée belle ?